Manon, la pute des chantiers

0

exemple-numero

Salut mes cochons, moi c’est Manon, et ma jeunesse s’est déroulée à Menton, la ville où le sexe n’existe pas.
Si bien que j’ai perdu ma virginité à seulement 19 ans, chez un flirt en l’absence de ses parents. Je ne me souviens même pas du gars, c’est dire l’effet produit. « Quoi, c’est ça le sexe ? Mais je fais mieux seule dans mon lit ». Heureusement, une fois mon BTS de génie civil en poche, j’eus l’idée de tenter un V.I.E. en Italie.

J’ai entendu dire que t’avais participée à un Gang Bang, tu racontes aux lecteurs Appelhot ?

Alors voila, il s’agît de mon premier jour d’embauche. Me voici « Conductrice de travaux » sur le chantier de la ligne à grande vitesse Gênes-Milan. Il pleut des cordes en plein juillet. Je suis la seule femme dans un Algeco avec 12 solides gaillards pour la réunion du matin. Par précaution je suis habillée d’un tee-shirt large avec un gilet jaune pour gommer ma poitrine, d’un jean et de mes chaussures de sécurité. Le suivi technique commence quand Paolo, le responsable des coffrages, décrète que nous devrions tous mettre au porte-manteau nos gilets fluo, considérant la chaleur étouffante. Tous s’exécutent, et moi la dernière, quand un silence de plomb s’installe. Mon tee-shirt est trempé, mes mamelons pointent comme jamais. Sur le point de m’évanouir, je m’assieds et pose une question banale sur les fers à béton. Les discussions reprennent, lorsque Pietro le chef électricien se lève et s’exclame la bite à la main : « Mamma mia, non è possibile lavorare così !”
Frénétiquement tous se déshabillent et me voici avec des sexes dans les mains, un autre dans la bouche, en slip avec un tee-shirt en lambeaux, des mains qui pétrissent mes seins, mes fesses, des doigts qui explorent mon vagin et mon anus. Mon cœur tourne comme une pompe qui tenterait d’évacuer l’eau d’une fouille pendant la mousson, mes tempes battent comme un cloueur pneumatique. J’attrape tous les chibres possibles pour les sucer goulûment, comme si ma vie dépendait de ces gouttes de liquide séminal annonciatrices d’une proche sève de Jouvance. Ma bouche est une chemise à piston. Mon innocente petite chatte, mon anus, sont dilatés par des madriers qui secouent mes fesses comme un étau-limeur. Pas une seule douleur tant le plaisir est intense ! Je perds pied comme la notion du temps, mes gestes se font tel un automate parfaitement réglé. Soudain, une onde de choc prend naissance au niveau de mon périnée, s’empare de tout mon corps, pour exploser dans mon cerveau, contractant par saccades interminables mes muscles vaginaux, mon sphincter et ma langue. Je reprends connaissance, nue, inondée de sperme, seule, allongée sur un lit de camp… Avec la certitude d’avoir trouvé ma voie.

Et du coup avec tout ca, le tel rose, ca t’excite ?

Oui ! Je suis devenu à ce point obsédée, que si les circonstances ne me permettent pas de baiser, je m’envoie en l’air au téléphone porno. Plus la situation est délicate, plus ça me chauffe. Alors que je sois au boulot ou chez moi, je serai toujours là pour toi. Appelle-moi et raconte-moi comment tu veux me prendre.

Ton kiff c´est les chattes épilées ? Retrouve de suite Sonia et Sophie deux bonnasses à la chatte épilée spécialistes du dial chaud


exemple-numero

CLIQUE-ICI POUR ME JOINDRE AU TEL ! !

Comments are closed.